Homélies du Père Jacques Pineault donnée à Scourmont

A 27 MATTHIEU 21,33-43 (18)

Scourmont : 08.10.2023

 

Frères et sœurs, nous venons d’entendre la parabole des vignerons homicides. Cette célèbre parabole fait partie des paraboles d’affrontement, où Jésus tente d’éclairer le cœur endurci de ses opposants : les Pharisiens et les Docteurs de la loi. Cette parabole est aussi particulièrement précise sur la gestion des vignobles et leur mode de fonctionnement.

A 21 MATTHIEU 16, 13-20 (14)

Scourmont : 27.08.2023

Frères et sœurs, en lisant l’évangile de ce dimanche, nous avons pu constater que les gens se trompent beaucoup sur l’identité de Jésus : « Pour les uns, il s’agit de Jean le Baptiste ; pour d’autres, d’Élie ; pour d’autres encore, de Jérémie ou de l’un des prophètes au choix » (Mt 16,14). Face à toutes ces réponses, Jésus veut s’assurer que ses disciples, eux, le connaissent vraiment et il leur pose directement la question : « Pour vous, qui suis-je ? » Inspiré par Dieu, Pierre a compris qui est Jésus : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant » (Mt 16,16).

A 15 MATTHIEU 13,01-23 (15)

Scourmont : 16.07.2023

       

Frères et sœurs, la Parole de Dieu de ce dimanche nous apporte un message d’espérance. Dans ce monde qui est le nôtre, nous en avons bien besoin. Nous avons tout d’abord écouté un extrait du livre d’Isaïe (55,10-11). Le prophète s’adresse à des croyants qui doutent parce qu’ils ne voient guère se réaliser les promesses entendues. Pour les Hébreux, tout va mal et ils commencent à désespérer. Ils ont été déportés en exil sur une terre étrangère. Alors le prophète leur apporte un message de consolation. Pour cela, il utilise une comparaison que tout le monde peut comprendre : « Quand la pluie et la neige abreuvent la terre, la semence ne peut que pousser et donner du pain à celui qui mange. De même la parole de Dieu ne lui revient pas sans produire du résultat. Elle accomplit toujours sa mission » (55,10-11). Elle fait ce que Dieu veut. La pluie que le Dieu créateur donne à la terre fait germer la semence, mais sa parole fait aussi germer un monde nouveau.

A SACRÉ-CŒUR MATTHIEU 11,25-30 (3)

Scourmont : 16.06.2023

« Personne ne connaît le Père sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler » (Mt 11,27).

Frères et sœurs, prenons-nous la mesure des implications d’une telle affirmation,/ dans notre monde qui se désintéresse chaque jour davantage du Christ des Évangiles/ pour se tourner vers les mille et une idoles de notre temps?

A ASCENSION MATTHIEU 28,16-20 (12)

Scourmont : 18.05.2023

Frères et sœurs, le mystère pascal comporte plusieurs dimensions : l’élévation sur la croix, qui est l’abaissement radical du Fils de Dieu venu partager notre condition humaine ; au troisième jour, le surgissement du tombeau, qui est le dépassement de la condition biologique pour accéder à une vie toute nouvelle par l’Esprit de Dieu ; puis les rencontres du Ressuscité avec les siens, en sorte qu’ils puissent témoigner de sa Pâque ; la dernière rencontre étant, au quarantième jour, l’élévation du Fils unique : avec sa chair humaine transfigurée, il est accueilli dans la gloire du Père.

 A IMMACULÉE-CONCEPTION LC 01,26-38 (11)

Scourmont : 08.12.2022

Frères et sœurs, nous fêtons aujourd’hui l’Immaculée Conception. Marie a reçu la grâce unique de naître sans la trace du péché originel, son âme est immaculée, depuis sa conception. Pour essayer de bien comprendre ce que cela veut dire, il peut être utile de reprendre une image que Thérèse de Lisieux utilisait, quand elle parlait de la grâce qu’elle avait eue de ne pas avoir commis de péché grave. Cette image est encore plus vraie et plus complète pour la Vierge Marie. Thérèse parle d’une enfant qui marche ou qui court sur un chemin. Elle ne voit pas qu’il y a une racine qui, sortant de terre, va la faire trébucher et lui faire du mal. Le père de cette enfant, la voyant tomber va l’aider à se relever, et va la soigner s’il le faut. Ceci est ce qui se passe pour les pécheurs, qui ne voient pas le mal qui les guette, qui tombent dans le péché, et qui se font secourir par Dieu. Mais il peut se passer autre chose. Que se passe-t-il si le père de cette enfant, reconnaissant le chemin où sa fille va passer, voit cette racine, et pour éviter que son enfant ne se blesse, enlève la racine ? L’enfant va alors passer sans même tomber. C’est ce qui est arrivé à Thérèse, et, d’une manière autrement plus grande et magnifique, à la Vierge Marie.

C 28 LUC 17, 11-19  (15)

Scourmont : 09.10.2022

 

Frères et sœurs, notre pape François ne cesse de nous inviter à aller « aux périphéries ». À la Pentecôte 2020, il a même demandé à l’Église de vivre « un mois missionnaire extraordinaire ». La bonne nouvelle de l’Évangile doit être annoncée au monde entier et à tous les milieux. En communion avec toute l’Église, nous chrétiens baptisés et confirmés, nous sommes envoyés pour en être les messagers. Car l’Évangile de Jésus Christ est pour tous.

C 14 LUC 10, 01-12.17-20 (13)

Scourmont : 03.07.2022

Frères et sœurs, la Parole de Dieu de ce dimanche nous annonce une nouvelle qui peut surprendre. Le prophète Isaïe (Is 66,10-14) nous invite à la joie, une joie donnée par Dieu lui-même. Il nous parle d’allégresse après les larmes, de consolation. Il annonce une paix « qui déborde comme un torrent » (Is 66,12). Les Ukrainiens seraient heureux de l’entendre ! Cette paix, ce n’est pas seulement une absence de guerre, c’est d’abord la plénitude de la présence de Dieu, la joie des nations converties au Seigneur.

LUC 01, 26-38 (1)

Scourmont : 25.03.2022

Homélie

Frères et sœurs, en ce jour de la fête de l’Annonciation du Seigneur, nous célébrons Marie, complètement transformée par la grâce, prête à accueillir l’Esprit Saint. L’humanité, totalement disponible à l’action de Dieu, donne à Dieu de pouvoir prendre chair et de se manifester au monde. Cette totale adéquation à la volonté divine permet à celui qui n’est que « oui au Père » d’entrer dans l’histoire pour dire à l’humanité l’amour du Père pour elle.