Homélies du Père Jacques Pineault

C CARÊME 03 LUC 13,01-09 (12)

Chimay : 20 mars 2022

 

Frères et sœurs, les jours et les semaines passent et notre marche vers Pâques se fait plus précise. La Parole de Dieu de ce dimanche nous invite à accueillir Dieu qui veut libérer son peuple. Cette libération passe par un engagement résolu sur le chemin de la conversion. Pour nous faire comprendre combien c’est important, Jésus présente des événements qui ont frappé les esprits en son temps.

C CARÊME 02 LUC 09,28b-36 (15)

Chimay : 13.03.2022

Frères et sœurs quand nous parlons du Carême, nous pensons souvent à des sacrifices, des privations, des pénitences, des renoncements. En fait, la Parole de Dieu de ce dimanche nous invite à regarder plus loin et plus haut ; elle nous invite à communier avec Dieu ; c’est ce qui apparaît dans la promesse faite à Abraham dans le livre de la Genèse (Gn 15,5-12.17-18), de même dans les encouragements de saint Paul aux chrétiens de Philippe (Ph 3,17-4,1) et dans l’Évangile de la Transfiguration que nous venons d’entendre, nous invite à communier au Christ dans la lumière et la gloire.

C 06 LUC 06, 17.20-26 (11)

Frères et sœurs, les textes bibliques de ce dimanche résument ce qu’il y a de plus important dans le christianisme. Tout repose sur la confiance que nous mettons en Jésus. Être chrétien c’est s’engager derrière lui. C’était déjà, bien avant Jésus, le message du prophète Jérémie : « Heureux l’homme qui met sa confiance dans le Seigneur » (Jr 17,7). Il nous faut recevoir cet appel du prophète comme un avertissement et un appel urgent à la conversion. C’est en nous appuyant sur Dieu que nous trouverons le vrai bonheur.

C 08 LUC 06, 39-45 (4)

Chimay 27.02.2022

 

Frères et sœurs la Parole de Dieu de ce dimanche nous invite au discernement, à l’humilité et sans doute à la conversion. Ben Sira le Sage nous parle du tamis qui filtre les déchets (Si 27,4). Nous aussi, nous avons un tri à faire dans notre agir et nos paroles. Nos gestes et nos paroles révèlent les sentiments de notre cœur. Certaines paroles révèlent l’étroitesse d’esprit de celui qui les prononce. « C’est le fruit qui manifeste la qualité de l’arbre ; ainsi la parole fait connaître les sentiments » (Si 27,6). Ben Sira nous recommande « de ne pas faire l’éloge de quelqu’un avant qu’il ait parlé » (Si 27,7). Ses propos peuvent révéler le meilleur ou le pire. « Car ce que dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur » (Lc 6,45). Celui qui est humble, c’est celui qui connaît la vérité sur lui-même, qui la voit et qui l’accepte. On ne peut prétendre pouvoir guider les autres, les conseiller, si nous ne voyons pas en nous-mêmes ce que nous sommes.

C 04 LUC 04, 21-30 (12)

 

Frères et sœurs, les textes bibliques de ce dimanche nous parlent de l’appel du Seigneur. Le livre de Jérémie (Jr 1,4-5.17-19) nous montre le prophète Jérémie qui est devenu son porte-parole. Il ne choisit pas le message qu’il transmet aux hommes de son temps. Il ne doit pas être un « prophète de cour » qui cherche à plaire. Sa mission, c’est de transmettre les paroles de Dieu, même si elles ne plaisent pas. Il devra parler sans crainte, même au risque de sa vie. Il sera affronté à un environnement hostile. Mais Dieu lui promet de ne pas l’abandonner. Il est l’Emmanuel, Dieu avec nous.

C 07 LUC 06, 27-38 (9)

Chimay : 20.02.2022

Frères et sœurs, l’évangile de ce dimanche est un panier débordant de paroles de sagesse ; ces paroles toutefois nous montrent un chemin de conversion. Nous vivons dans un monde où beaucoup ne pensent qu’à blâmer et à se faire justice. Mais aujourd’hui, nous recevons de la part de la Parole de Dieu des appels à refuser la vengeance et à faire plutôt miséricorde. C’est ce témoignage que nous trouvons dans le premier livre de Samuel (26,2-23). C’était au cours d’une guerre entre Saül et son concurrent David. Saül était devenu très jaloux et cherchait à éliminer David. David aurait pu se venger mais il s’y est refusé. Il n’a pas voulu porter la main sur « celui qui a reçu l’onction du Seigneur » (2 Sm 26,9), mais tout homme n’est-il pas marqué du sang du Christ ?

C 03 LUC 01,01-04 ;04,14-21 (14)

 

Frères et sœurs, la liturgie aujourd’hui nous propose deux textes qui nous invitent à méditer sur notre rapport à la Parole de Dieu telle qu’elle se lit dans l’Écriture. Néhémie et saint Luc nous parlent tous deux d’une bonne nouvelle, d’une parole de bénédiction à accueillir « prosternés devant le Seigneur, le visage contre terre » (Ne 8,6). Dieu nous a tant aimés qu’il nous a adressé la Parole ! Ce ne peut être pour nous qu’un motif de joie et de bénédiction. « La joie du Seigneur est notre rempart » (Ne 8,10).